Revenir

La thermographie aérienne au service de la transition énergétique au Mené (22)

Le salon de la thermographie aérienne organisé par la commune Le Mené a permis à 340 habitants de découvrir la performance énergétique de leur habitation et de repartir avec des conseils techniques et économiques.

Des images pour un diagnostic de toutes les constructions sur le territoire

Le Mené, commune nouvelle qui regroupe les 7 communes de l’ancienne intercommunalité, est un Territoire à Énergie Positive (TEPOS) qui vise l’autonomie énergétique à l’horizon 2025.  Pour y parvenir il lui faut à la fois développer les énergies renouvelables (c’est un territoire pionnier) mais aussi réduire les consommations énergétiques de ses habitants. « Le logement constitue l’un des postes les plus importants de la consommation d'énergie pour un ménage » a rappelé Jacky Aignel, maire,  qui ajoute « Avant de se donner les moyens d’agir il fallait se donner les moyens de savoir » d’où cette opération aérienne confiée à la société Action Air Environnement, basée dans le Var. La campagne de prise de vues s’est déroulée dans la nuit du 5 au 6 janvier dans des conditions idéales : température basse, sans vent ni nuages. Les milliers d’images réalisées suivant un plan de vol bien précis, une fois collées les unes aux autres, permettent de fournir une carte de la commune avec toutes ses habitations. Le niveau de déperdition de chaleur des toitures est signalé par un code couleur qui va du bleu (peu de déperdition) au rouge (déperdition forte). C’est une mesure relative, qui montre les performances énergétiques de la toiture d'un bâtiment par rapport aux autres toitures.". Par ailleurs la thermographie a également permis à la collectivité d’avoir un état des lieux des réseaux de chaleur enterrés.

Des élus formés pour donner un premier diagnostic aux habitants

Mme Grippaudo, adjointe, au premier plan

Le salon a été un grand succès au point qu’il a fallu rajouter des postes d'accueil pour éviter une trop longue attente. La municipalité s’y était préparée en incluant dans le contrat avec le prestataire la formation d’élus pour qu’ils soient en capacité d’expliquer aux habitants les résultats et d’apporter des conseils.  « Nous avons essayé d'avoir au moins deux élus formés par commune déléguée. Présents le jour du salon pour recevoir les habitants, ils assureront ensuite des permanences dans leur commune », indique Enora Fillâtre, du service mobilité et développement durable de la mairie du Mené. 

La formation des élus comprend une partie théorique sur la thermique du bâtiment (principaux chiffres et lieux de déperdition, solutions habituelles...), une partie pratique pour apprendre à interpréter les images des logements (familiarisation avec le logiciel et exercice pour identifier les différents cas de figure) et l'exploitation de ces informations pour pouvoir transmettre les éléments clefs, techniques et financiers, concernant l'amélioration thermique de leur habitation.

Une opération accompagnée par Loudéac Communauté Bretagne Centre et l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc qui privilégie la proximité

Les deux partenaires qui accompagnent l’opération étaient également présents au salon. La communauté de commune de Loudéac pour informer sur les dispositifs d’aides financières octroyées aux particuliers dans le cadre de travaux de rénovation énergétique. Présente aussi l'agence locale de l'énergie et du climat (Alec du Pays de Saint-Brieuc) qui fait du soutien technique et administratif aux collectivités et aux particuliers.

Pour que cette action soit plus efficace la municipalité s’est organisée pour que l’ensemble de la démarche se fasse dans chaque mairie déléguée. « Inutile de se déplacer à Loudéac ou à Saint-Brieuc. L'étude des besoins, l'identification des aides possibles ainsi que la constitution des dossiers, tout pourra se faire sur place » a précisé Jacky Aignel. L'Alec continuera également d’apporter un appui technique aux questions lors d'une permanence mensuelle à la mairie du Mené.

Un levier de négociation pour de nouvelles aides financières

La mobilisation des habitants (180 personnes à la réunion organisée le week-end suivant à Plessala) n'a fait que conforter les élus dans l'idée que cette action répond à une attente de la population. Ils sont également convaincus que des aides financières plus incitatives sont nécessaires pour accélérer la transition énergétique dans l’habitat. C’est pourquoi, en s’appuyant sur les premeirs résultats cette action, ils étudient déjà d'autres possibilités d'aides en collaboration avec le ministère de l'écologie. Notamment pour ceux qui voudraient remplacer leur vieille chaudière au fioul par une nouvelle plus performante qui fonctionne avec une énergie renouvelable.

L'opération d'un coût 30 000€ a été financée à 80% dans le cadre de la convention TEPCV (Territoire à Énergie Positive et Croissante Verte) signée avec le Ministère de l'environnement.

Facebook Twitter Google Plus Viadeo Linkedin