Revenir

Retour sur Visite : Restructurer le cœur de bourg pour « bien vivre ensemble » - Plouégat-Moysan (29)

Histoire d’un bourg un peu excentré où la municipalité a choisi de réhabiliter du bâti, créer du logement, aménager son école et des équipements pour les jeunes, maintenir un commerce... C’est le reflet d’un engagement de longue durée d’une équipe municipale soudée et ambitieuse.


Visite-rencontre 10 novembre 2017 - Restructurer le cœur de bourg pour « bien vivre ensemble »

Dans le cadre du cycle régional de visites « Agir pour des centres bourgs vivants et attractifs »

24 personnes étaient présentes à cette visite, dont 18 élu·e·s issu·e·s de 11 communes, dont 9 adhérentes au réseau BRUDED

Les intervenants

François Girotto, maire et André Le Floc’h, adjoint

Olivier Baillot, architecte

Yohann Simon, technicien installation chaudière Okoffen

 

Présentation du projet de la commune

François Girotto présente l’historique du projet (repris dans les 2 fiches projets distribuées). Un diaporama accompagne cette présentation

Dès 2008, la commune a un projet global pour le centre bourg dans le but de rendre le centre plus agréable et convivial. Trois architectes ont répondu à l’appel d’offre et seul Olivier Baillot a répondu à la demande précise de la commune en proposant des choses innovantes.

Olivier Baillot, architecte, explique sa démarche, et confirme que le travail avec la municipalité a toujours été constructif. « Le projet n’était pourtant pas facile : la commune souffre d’une ’cicatrice sévère : une 4 voies qui la coupe en deux’ et pourtant, elle en a fait son atout : cette proximité de la voie rapide est gage d’un facilité d’accès aux trois pôles urbains/emploi : Morlaix, Guingamp et Lannion ».

L’étude de ‘prospective territoriale » réalisé en 2008 par le bureau d’études Léopold a permis de mieux comprendre le foncier de la commune (beaucoup d’espaces ‘publics’ ayant été avec le temps +/- privatisés) et permettait d’avoir un regard sur un avenir à 15/20 ans.

 

S’en est suivi l’aménagement en plusieurs étapes :

  • Casser la vitesse en créant une courbe en centre bourg

  • Rénover l’ancienne école >> épicerie/bar « Oasis » + logement à l’étage (durée des travaux : 6 mois !) / 2011

  • Bâtir une mairie neuve : BBC, blocs ponce / éclairage led / stationnements enherbés... / 2013

  • Gestion des eaux pluviales et création d’un assainissement collectif

  • Création d’une station d’épuration / roseaux (52 maisons aujourd’hui / capacité 150)

  • Échange parcellaire : valoriser maison centre bourg et création d’un lotissement

  • Créer du logement en centre bourg : achat et revente de 2 anciennes maisons/création 3 logements locatifs. En 10 ans, la commune a créé 49 maisons. Dans les lotissements, le prix du terrain viabilisé est de 30€/m² (16/17€ non viabilisé)

  • Rénover la salle polyvalente / 2015

  • Skate park : récup’ commune de Carantec

  • Extension école + installation chaudière à pellets (gain combustible 2500€/an !) / 2017

 

Projets proche futur

  • Pose panneaux photovoltaïques (65 m² / 4,4 + 3,3 KWc) sur toit école

  • Construction d’une aire de multisports / revêtement enrobé + structure alu / sable (limitation du bruit)

  • Création MAM +9 logements sociaux : terrain 4000 m² en face école / portage Finistère Habitat en discussion ; suivi CAUE 29

  • En lien avec Guerlesquin : parc éolien

La commune  a toujours cherché à rénover son patrimoine sans chercher à en assurer la maîtrise foncière et en cherchant les solutions pour réduire au maximum les dépenses pour la commune. « Moins j’ai de patrimoine communal, mieux c’est ! », nous dit François Girotto.

 

 

Échanges

À propos de l’épicerie - bar « Oasis »

En 2017, la gérante qui faisait tourner son affaire de manière très efficace depuis son ouverture en juillet 2011 décide de partir pour raisons personnelles ; la mairie reçoit plusieurs candidats et choisit un couple venant de Pleyber Christ. Les premières semaines sont difficiles : les habitants/clients sont habitués à un fonctionnement qu’ils ne retrouvent pas alors que la Mairie tente de travailler avec eux pour leur assurer une meilleure intégration. Au bout de deux mois, les choses semblent se stabiliser et le bar/épicerie reprend du service et retrouve la « cote » des locaux. François Girotto souligne le fait que ce genre de commerce fonctionne si les gérants savent y faire : se faire accepter/être accueillant, proposer une offre cohérente avec la demande, donner du temps... « le maintien du commerce tient essentiellement à la qualité des gérants, si celle-ci n’est pas au rendez-vous, ça ne fonctionnera pas ! ». Les élus travaillent beaucoup pour permettre cela.

 

Le participatif

La question de l’implication des habitants dans le montage et/ou le suivi des différentes étapes du projet est posée.

  • >> Une enquête auprès de 250 habitants (avec des entrées sur plusieurs tranches d’âges) a été réalisée avant de mettre en œuvre l’épicerie afin d’affiner l’offre au contexte et à la demande locale : « cela nous a permis de mieux identifier les besoins, dont certains que l’on n’avait pas forcément vus, à priori »

  • >> Si les projets ont toujours été présentés aux habitants (notamment lors des vœux de début d’année), ils n’ont, de fait, pas réellement été impliqués dans les réflexions ou le suivi des projets. L’équipe a toujours travaillé de manière directe avec les habitants sans pour autant créer de commission particulière. Les retours sur les projets ont globalement toujours été bons : aucun réel problème n’a surgi de la part des habitants.

  • >> Pour le projet d’extension de l’école, un groupe de travail a été constitué : enseignant·e·s, parents, agent·e·s d’entretien et de service, élu·e·s, architecte...

  • >>Pour le projet de Maison d’assistante maternelle (MAM), il en sera de même. La municipalité avait réuni, en amont, les assistant·e·s maternel·le·s de la commune pour connaître leurs besoins. « La réussite de ce projet de MAM sera due à l’ambiance qui y règnera » nous dit le maire.

  • >> Le maire précise : « On a fait les agents immobiliers : quand des nouveaux arrivants se présentent en Mairie, on va tout de suite sur le terrain avec eux pour leur faire visiter la commune et échanger avec eux ; c’est une démarche qui porte ses fruits ! »

 

 

1er décembre 2017

Facebook Twitter Google Plus Viadeo Linkedin